La truffe ou l’or noir de l’Occitanie

Image de truffe découpée

En risotto, en omelette, ou encore râpée en salade, la truffe est un champignon OVNI qui sublime nos plats. Parfois appelée « l’or noir », ou le « diamant noir » elle pointe le bout de son nez de manière aléatoire. Il faut savoir que c’est une tradition chez nous d’aller à la cueillette de la truffe, et que nous ramassons en Occitanie 20 à 30% de la production nationale.

Il y a plusieurs manières d’aller à la chasse à la truffe, mais traditionnellement, elle se déroule avec l’aide d’un chien ou d’un cochon dressés spécialement pour l’occasion par le « caveur » ou « rabassier ». Bon à ma grande déception, la chasse à la truffe ne se fait pratiquement plus avec le cochon qui est légèrement moins discipliné qu’un chien. Moi qui me voyais déjà en train de tenir porcinet en laisse, c’est raté!

Seulement, même si le printemps a été humide, qu’il y a eu de l’orage pendant l’été, que les chênes ont bien été entretenus; il n’est pas sûr que les truffes montrent le bout de leur… truffe. (Oui, je m’essaye à l’humour à mes heures perdues). On peut aussi tenter de les récolter sur les noisetiers, les hêtres ou encore les charmes… Tant que le terrain est calcaire il y a toujours des chances.

Il est possible d’en trouver de tailles variables, mais elles mesurent généralement entre 5 et 10 centimètres même si la plus grosse jamais découverte pesait -tenez-vous bien- plus de 10 kilos. A savoir également que la truffe est en général considérée comme un produit de luxe, dont le gramme peut se vendre très cher et monter jusqu’à des centaines voire des milliers d’euros.

Bien évidemment cela dépend à la fois de l’espèce, du lieu de vente, et aussi du vendeur. Par exemple, selon la saison, vous pouvez acheter une truffe de 18 grammes pour 15 euros. Et comme le champignon est très parfumé, ça vous suffira largement pour vos petits plats.

Mais d’ailleurs, ça a quel gout, la truffe? La première fois que j’en ai vu, dans un bocal, j’étais encore petite. Et son odeur m’avait un peu traumatisée.  Le goût est tout aussi puissant qu’indescriptible, on sent bien que c’est un produit de la terre, qui ne laisse pas indifférent. En bref, la truffe, tu l’aimes ou tu la quittes.

Sur ce, je vous laisse et file me préparer un bon repas, puisqu’à l’heure où j’écris ces quelques lignes, il est midi passé et je commence à avoir l’estomac qui gargouille!

 

Signé: Votre chère Léa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *